Association ONNO

c/o C'est au troisième

9 rue de la Pierre Levée

75011 Paris 

Suivez-nous 

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Vimeo Icône

Copyright Alain Julien

Paul est mort ?

 Création 2008

 

Conception, chorégraphie et scénographie : Herman Diephuis

Interprétation : Jean-Baptiste André, Jérôme Andries et Julien Gallée-Ferré

Conseil artistique : Dalila Khatir

Lumière : Sylvie Mélis

Son : Catherine Pavet et Alexis Meier

Régie générale : Hervé Lonchamp

 

Production Le Manège de Reims -scène nationale, ONNO 

Avec le soutien du Centre Chorégraphique National du Havre et d’ARCADI (Action régionale pour la diffusion en Ile de France)

Avec « Paul est mort ? », Herman Diephuis s’attache aux groupes des années 60 qui, à l’image de quatre célèbres « garçons dans le vent » ont participé musicalement à la révolution culturelle de leur temps. Dans le contexte socio-politique de l’époque, ces groupes focalisent l’intérêt d’une jeunesse assoiffée de liberté.  Ils deviennent  la cible des medias qui alimentent et relaient les péripéties de ces formations musicales, participant ainsi à la construction d’un mythe. Les grands rassemblements collectifs suscités par la musique pop précèdent de peu la déchéance des idéaux de toute une génération. L’enthousiasme sincère du début est supplanté par les enjeux mercantiles du show busines; à l’émulation artistique succèdent les luttes d’ego; l’accession aux sommets de la gloire est parfois sanctionnée par une fin brutale.

C’est dans le sillage de ces icônes à la fois glorieuses et dérisoires qu’Herman Diephuis a imaginé son groupe composé de : Jean-Baptiste André, Jérôme Andrieu, Julien Gallée-Ferré : un trio pop rock, à la fois groupe et groupie, s’exprimant d’abord par le mouvement pour réactiver un imaginaire avec mordant et humour, sans oublier la batterie qui occupe le centre de l’espace...

Le chorégraphe se laisse la liberté de réagencer le matériau qu’il a choisi dans une iconographie évidemment  importante. Quant à la musique, elle sera convoquée autant comme pulsation que témoin d’une époque.

Herman Diephuis l’a induit dans ses précédentes pièces : le travail de mise en scène et de chorégraphie est pour lui un art du détail où la citation décèle l’inattendu au détour d’images trop connues pour pouvoir encore être vues sans un glissement du regard. Regard qui n’est dès lors plus un mouvement rétrospectif et compassé mais une manière de faire d’une histoire singulière une matière vivante, littéralement « re-présentée » au public. Une représentation dans laquelle Herman Diephuis laisse toujours la place à l’image manquante, celle dont procèdent toutes les autres... Autant dire la place à l’imaginaire du spectateur.

Guillaume Schmitt - Le Manège de Reims - Avril 2008 

Diffusion 

2009 Hors Saison le rendez-vous Danse d’Arcadi // Festival Artdanthé – Théâtre de Vanves // Le Vivat – Armentières // Festival faits d’hiver, Théâtre de la Cité Internationale - Paris // Le Prisme - Saint Quentin en Yvelines // Le Cuvier - Artigues près Bordeaux // Biarritz culture - Théâtre du Colisée - Biarritz // Théâtre Louis Aragon – Tremblay en France 

2008 Le Manège de Reims - scène nationale 

Captation vidéo disponible sur demande.